Historique
La Musique Saint Barthélémy en plein Concert  2012
L'Union Musicale Saint Barthélémy en 1924
 L’Union musicale Saint Barthélémy voit le jour en mai 1924 sous l’impulsion du dynamique curé Wendelin Meyblum.

Créé à l’origine pour éveiller l’esprit des jeunes, ce « Cercle de jeunes » est d’emblé sportif et musical. 

 Malgré les lourdes difficultés financières, des instruments de musique de haute valeur ont pu être acquis.
La formation musicale des membres sera l’œuvre des dévoués chefs de musique Joseph BARBIER, Louis KLINGLER, l’abbé BURGER, Joseph STAEDEL, Alfred WINLING.

 Rémy HUBER de 1961 à 1996.
Jean-Marie FUCHS.  
Actuellement Denis LITOLFF
.

Rémi Huber
Chant : Charles Wolff - Jean Claude Menrath

En 1967 la Musique de Durrenbach avait déjà enregistré un disque vinyle et 2 années plus tard en 1969 un 2 ème. La technique n'était pas au point comme aujourd'hui. Pour le niveau musical il y avait encore du pain sur la planche, mais à l'époque, pour une petite "Dorf 's Musik"  l'Ensemble de Durrenbach n’avait pas à rougir et était fière d'être à l'avant garde.


Fuchs Jean Marie
Denis Litolff
 Durant ses trente six ans de direction, Rémy HUBER, auteur-compositeur, amène la Musique Saint Barthélémy à un niveau assez remarquable et fait connaître le nom de Durrenbach au-delà du département et de la frontière.  
 
Grâce à la compétence des différents chefs d'orchestre et aux méthodes modernes des écoles de musique, le niveau musical s'est nettement élevé au fil des années. L’impact se ressent sur la notoriété de l’Ensemble, et se concrétise par l’affluence toujours grandissante aux concerts annuels

Ces  dernières années le concert avait dû être étendu sur deux jours: le samedi soir et dimanche après midi, et chaque fois le succès avait nettement dépassé les prévisions. Ce qui permet aux musiciens de Durrenbach d’afficher un certain optimisme et de voir aussi une espèce de consécration pour son genre de musique. C’est aussi la récompense pour les nombreuses répétitions durant les mois avant les concerts. Mais la beauté de ce style «Egerländer», que l'on peut appeler aujourd'hui : le classique de la "Blosmusik", est la principale clé de ces succès.
Ce style de musique a été créé par un compositeur, arrangeur et chef d’orchestre renommé, du nom de Ernst Mosch, originaire d’une région de la Bohême appelée "Egerland", né en 1925 à Zvodau près de Falkenau en Tchécoslovaquie. C'est bien là, en Europe centrale: Autriche, Tchécoslovaquie, La Slovénie, que sont nés les plus grands musiciens, mélodistes et compositeurs. Le genre Egerländer n'a donc rien à voir avec la musique populaire allemande. C'est surtout grâce à son formidable talent que Ernst Mosch était surnommé le roi de la « Blasmusik ».  
 
Sa musique est un mélange de la musique populaire de la Bohême et du swing. Ernst Mosch était également un tromboniste de renom, qui après la guerre jouait dans des orchestres de jazz. Le mélange de ces deux ingrédients avait donné naissance à ce nouveau style «Egerländer» : une musique très mélodieuse, légère, agréablement rythmée, rebondissante (référence au swing). Ernst Mosch créa en 1956 l’orchestre «Original Egerländer Musikanten».  
 
 
 
Aujourd'hui, après un record de longévité de 61 années, et malgré le décès de Ernst Mosch en 1999, cet orchestre existe toujours et, est actuellement dirigé par Ernst Hutter, son sympathique et digne successeur, que les musiciens de Durrenbach connaissent personnellement. Une inoubliable rencontre avait eut lieu avec ces musiciens de haut niveau, mais d'une très grande simplicité, lors d'une soirée à l'issu d'un Open Air, près du lac de Constance. Depuis les musiciens de Durrenbach ne manquent jamais cette rencontre annuelle : un moment privilégié leurs permettant de s'abreuver à la source. 

La Musique ne connait pas de frontière
 Musiciens de Durrenbach et de l'orchestre "Original Egerländer Musikanten" 
Soirée dans un Hôtel à Pfullendorf en Allemagne à l'issu d'un Open Air.
Lancez le player Youtube, pour voir la vidéo de "Schönster Klang". Un morceau offert par Ernst Hutter.  
 
Paroles en dialecte : René Fabacher. 
 
(De préférence utilisez un casque).  
 
Enregistré en Live lors du concert 2010.